17/05/1927 A L’OISEAU-BLANC

On n’a pas trouvé trace à Terre-Neuve ni de l’avion ni des aviateurs

Après les dépêches de Saint-Jean-de-Terre-Neuve, on reste toujours sans nouvelles de l’avion de Nungesser et de Coli. On incline à croire que les aviateurs seraient maintenant trouvés s’ils avaient attéri dans l’intérieur de l’île. Des remorqueurs français après avoir exploré sans résultat la baie de Plaisance, sont revenus à leurs ports d’attache. Les bateaux patrouilleurs canadiens Mikula et Montcalm ont croisés entre Terre-Neuve et le Canada et n’ont trouvé, aucune trace de Nungesser. Enfin, le gouvernement de Québec a décidé de faire explorer par un hydravion la rive nord du Saint-Laurent jusqu’au Labrador.

L’enquête à Terre-Neuve du fils d’un ministre américain

New-York – 16- mai. – Malgré tous les efforts faits pour retrouver Nungesser et Coli, l’endroit où ils se trouvent reste un mystère. Le capitaine Bennett, fils du secrétaire d’État aux colonies, vient de procéder à une enquête personnelle à Terre-Neuve dans toute la région où on a dit avoir entendu le bruit d’un moteur d’avion.

M. Bennett est d’avis que les aviateurs n’ont pas atterri dans l’ile de Terre-Neuve. Mais, d’après lui, ils peuvent être tombés dans la mer, entre Terre-Neuve et la Nouyelle-Ecosse, et ils peuvent avoir été recueillis par un des nombreux bateaux de pêche qui croisent dans ces parages.

Mais il peut se passer encore quelques temps avant qu’ils soient débarqués dans un port. (New York Herald)

M. Rodman Wanamaker offre une prime de 25.000 dollars

Nous avons reçu le télégramme suivant de M. Rodman Wanamaker: New-York, 16 mai. – Voilà bientôt huit jours que nous sommes sans nouvelles des deux aviateurs français.- Aucun rapport authentique n’est venu diminuer l’anxiété qui nous terrasse. Nous sommes tous en proie à une douleur indicible.

Désirant faire tout le possible pour stimuler les efforts de ceux qui procèdent à des recherches restées jusqu’à présent sans résultats et anxieux de trouver le mot de l’énigme, j’offre 25-OOO dollars à celui qui trouvera Nungesser et Coli, morts ou vivants.

En hommage à Nungesser et Coli

Le général Averesco, président du conseil des ministres de Roumanie, a prié M. Diamandi, ministre de Roumanie à Paris, d’exprimer au gouvernement français ses sentiments d’admiration pour la bravoure montrée par Nungesser et Coli et les vœux chaleureux que forme le gouvernement roumain pour que ces héros soient rendus vivants à leur patrie.

LE MATIN du Mardi 17 mai 1927